*

Techno Old School

Redécouvrez les morceaux Techno légendaires

Davantage de titres sont constamment ajoutés. N'hésitez pas à visiter régulièrement notre page !

La Techno est un genre de musique électronique qui a émergé aux États-Unis au milieu des années 80.
Cette musique, principalement élaborée à l’aide d’instruments électroniques, s'est construite autour de différents styles musicaux, qui l'ont largement influencée, et qui lui ont permis de fonder un mode de pensée, un mode de vie, mais aussi un mode de communication.

Un peu d'histoire

La Techno émerge au milieu des années 80 aux États-Unis dans la ville de Detroit.
La genèse de cette musique, c'est d'abord l'apparition du mouvement Punk dans les années 70.
Au même moment, des albums composés entièrement de musique électronique par des visionnaires comme Kraftwerk, Jean-Michel Jarre ou Vangelis contribuent à la conception de nouveaux dispositifs musicaux, machines que l'on appellera des années plus tard "instruments électroniques".
Avec la New-Wave, l'électronique prend une place importante mais c'est avec le Disco qu'elle va réellement s'émanciper.
La fusion du Disco et de la Pop anglaise qui intervient dans les années 80 donne naissance à la nouvelle vague Techno-Pop (Depeche Mode, New Order, ...)
Au cours des années 90, la Techno se développe en véritable culture musicale grâce à l'accueil que réservent l'Angleterre et surtout l'Allemagne aux artistes pionniers de Détroit.
Le plus souvent composée en studio et à l’instar des musiques traditionnelles utilisant des instruments dits conventionnels, la musique Techno est répétitive, généralement dépourvue de paroles, et majoritairement créée à l’aide de synthétiseurs, boîte à rythmes, séquenceurs et échantillonneurs synchronisés entres eux.
L'évolution d'un morceau Techno se fait principalement par l'ajout ou le retrait de pistes sonores, suivant un cycle de quatre (ou multiple de quatre) mesures. La Techno se distingue par son abondance de percussions, de sons synthétiques et d'effets, sur une rythmique régulière (4/4) variant généralement entre 120 et 140 battements par minute. Les instruments analogiques qu'utilisent les précurseurs de la Techno de Détroit sont devenus mythiques comme la Roland TR-808, TR-909 ou encore la TB-303.

Les DJ sont les véritables piliers de ce mouvement. Ils deviennent aussi rapidement des techniciens du son afin de maitriser la technologie et l'environnement des machines produisant la Techno ; ils sont également producteurs et compositeurs de leurs propres morceaux.

Influences géographiques

Bien que les pères fondateurs de la Techno soient majoritairement américains, il est important de rappeler que l’Europe joue un rôle capital dès les balbutiements de cette musique.

Aux États-Unis, la musique Techno est perçue par ses créateurs comme la cristallisation d'une certaine peur du futur post-industriel et d'une colère face à l'insécurité grandissante qu'elle engendrait. Cette philosophie l'accompagne alors qu'elle se diffuse en Europe à la fin des années 80, notamment à Berlin (par l'intermédiaire du label Tresor) et à Manchester (par l'intermédiaire de l'Haçienda) dont les contextes socio-économiques ne sont pas sans rappeler celui de Détroit dans le Michigan.

Productions Européennes

Sur le vieux continent, c'est durant les années 80 que l'Allemagne et le Royaume-Uni s'engagent avec la musique underground américaine. En 1988, l'Acid House se popularise massivement outre Rhin. En 1989, les DJ allemands Westbam et Dr. Motte fondent Ufo Club, une rave party illégale, cofondée avec Love Parade. Après la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989, des soirées Techno underground se multiplient à l'Est de Berlin, ainsi qu'une scène rave comparable à celle du Royaume-Uni. Paul Van Dyk, célèbre DJ Allemand, remarque l'impact important de la Techno entre les relations sociales de l'Allemagne de l'Ouest et de l'Est.
La diffusion de la Techno hors de sa ville natale s'est principalement faite par l'intermédiaire du Tresor de Berlin, né comme l'ambassade européenne de la Techno de Détroit, aussi bien en tant que label que comme club. Berlin sera ainsi la première ville à créer en 1989 la Love Parade, suivie par la Street Parade de Zurich, en Suisse, en 1992, et quelques années plus tard par plusieurs autres villes européennes.
En Angleterre, les premiers artistes de Détroit viennent se produire dès la fin des années 80 au club l'Haçienda de Manchester, ville post-industrielle dont l'atmosphère d'abandon rappelle celle de Détroit. Beaucoup d'autres clubs pointus ont vu le jour depuis, comme par exemple le Ministry Of Sound ou le Fabric à Londres.

Productions Françaises

L’histoire d’amour entre la Techno et la France ne date pas d’hier. Les précurseurs de la scène française sont, entre autres, Guillaume la Tortue, Francesco Farfa, Jérôme Pacman, Saint-Germain, Olivier le Castor, Jack de Marseille, Étienne de Crécy ou encore Laurent Garnier, Manu Le Malin et Emmanuel Top.
En France, l'ascension de la Techno gagne d'abord les clubs parisiens, en commençant par le Queen, le Rex Club et, plus tard, le Pulp et le Scorpion ainsi que le très réputé club l'An-Fer à Dijon qui, dans les années 90, a accueilli un pléthore de DJ de diverses identités de la scène française et internationale. Le Rex Club, quant à lui, est le premier « quartier général » de DJ tels que Laurent Garnier et Scan X.
Au début des années 90, période florissante pour la musique électronique, un nouvel élan s'empare de l'hexagone avec le courant de la "French Touch”, influence aux sonorités House qui met en lumière des artistes comme Eric Rug, Dimitri From Paris, Thomas Bangalter & Guy-Manuel de Homem-Christo formant le duo Daft Punk, Mr. Oizo, Stardust, Alan Braxe ou encore Cassius et Superfunk.

Productions Japonaises

Le pays du soleil levant entretien depuis de nombreuses années une relation très étroite, pour ne pas dire symétrique, avec le genre Techno.
Notamment impulsé par Ken Ishii, une des références de la Techno nippon, l'artiste est présent sur la scène depuis les années 90. Signature récurrente chez R&S Records (Aphex Twin, Jaydee, Model 500, DJ Krush, Biosphere...), le producteur a bâti sa renommée sur une Techno futuriste et menaçante, illustrée à merveille par le directeur d'animation Koji Morimoto dans le clip de son titre "Extra" qui le fit connaître sur les cinq continents.
Dans ce pays ou expérimentations et minimalisme sont de mise, le talent dépasse souvent les frontières, comme celui de Fumiya Tanaka, longtemps chef de file de l’underground japonais avec des productions de choix qui ont fait le tour du globe.
Le Japon compte également parmi ses rangs de talentueux producteurs tels que Takaaki Itoh ou encore Takkyu Ishino. Ainsi l’archipel n'a rien à envier au reste du monde en termes de Techno abrupte et torrentielle.

Productions Américaines

Véritable berceau primitif, les Etats-Unis détiennent l'emprunte ADN par laquelle ont émergé les fondements de la musique Techno.
C’est au milieu des années 80 que la Techno apparaît à Détroit, essentiellement sous l'impulsion de Juan Atkins, Derrick May et Kevin Saunderson qui sont souvent qualifiés de « première vague » ayant donné naissance à cette musique. Un titre phare de cette époque est le morceau Big Fun produit en 1988 par le groupe Inner City, impulsé par Kevin Saunderson et son épouse Ann.
S’en suit une « deuxième vague » avec, notamment, Jeff Mills, Michael Anthony Banks (dit Mad Mike), Robert Hood et Darwin Hall qui fondent en 1989 le très respectueux label Underground Resistance (UR) sans oublier James Pennington (alias Suburban Knight) ou encore Carl Graig et Blake Baxter.
À Detroit, la plupart des compositions originelles des labels UR, Los Hermanos, Red Planet ou encore Submerge Recordings donnent une large place à la mélodie et à la ligne de basse (The Martian, Members Of The House, Galaxy 2 Galaxy, ...) mais ce ne sont plus des éléments essentiels de la musique Techno. Il est fréquent de rencontrer des productions Techno les omettant entièrement.
Parallèlement à l’avènement de la Techno de Detroit, c’est au début des années 80 que naît à Chicago la House Music.
Initialement liée à l'histoire des DJ, son nom provient du Warehouse, club de Chicago où officiait le DJ Frankie Knuckles. La House est constituée d'un rythme minimal, d'une ligne de basse proche du Funk, auxquels s'ajoutent souvent des voix, samplées ou non. Au début des années 90, des artistes tels que Curtis Alan Jones (alias Cajmere également connu sous le nom de Green Velvet), DJ Sneak, Glenn Underground, et bien d'autres, composent de nombreux enregistrements tout comme les artistes phares du label Dance Mania Records fondé en 1985 par Jesse Saunders tels que DJ Rush, Robert Armani et son cousin Paul Johnson.

Entrons en contact

Un renseignement ? Une question ? N'hésitez pas à me laisser un message.